Journée nationale de réflexion du don d'organes et de la greffe

Aujourd'hui, c'est la journée nationale de réflexion du don d'organes et de la greffe, contrairement au 17 octobre qui est la journée mondiale du don d'organes et de greffe. Cette dernière a été créée par l'OMS pour informer, alors que la première est pour y réfléchir. Mais qu'en est-il vraiment à ce sujet à l'heure d'aujourd'hui?

Lorsqu'un organe devient faiblissant, la personne est inscrite sur une liste d'attente de don d'organes et de greffe. La transplantation est nécessaire pour échanger l'organe malade.

Rappel

Depuis 1976, la loi Caillavet stipule que toute personne peut être donneur d'organes et peu importe l'âge, sauf si elle s'est exprimée sur son refus en le disant à ses proches ou en s'inscrivant sur le registre nationale de refus.

Un don est toujours gratuit et anonyme. Aucunement, le receveur ou la famille du donneur seront à même à se connaitre et à se rencontrer.
Pour prélever un organe sur une personne décédée, il faut :

  • qu'elle soit déclarée morte cérébralement.
  • que la personne décédée ou sa famille ai donné l'accord du prélèvement.
  • que les résultats des tests sanguins soient bons.

Le prélèvement pourra avoir lieu seulement avec ces conditions.

Un mineur peut se positionner à ce sujet et en parler à sa famille. Il faut que les deux parents qui ont l'autorité parentale signent l'accord du don.
A partir de 13 ans, l'enfant pourra s'inscrire sur le registre des refus si tel est son désir.
Le corps extérieur est respecté et sera rendu à la famille gratuitement, pour qu'elle puisse établir les obsèques de son choix.

Un nouveau décret concernant le don d'organes et de tissus a été appliqué le 1er janvier 2017. Ce texte de loi prévoit que tout défunt est automatiquement donneur, sauf si il en a fait opposition de son vivant. Il permet également d'éclaircir certains points sur le refus.

Que dit le Décret du 1er Janvier 2017

  • Tout défunt est automatiquement donneur sauf s'il s'est inscrit de son vivant sur le registre des refus.
  • Vous pouvez faire part de votre choix à vos proches qui devront faire valoir votre demande auprès de l'équipe médical.
  • Vous pouvez faire connaitre votre refus en écrivant un document dans lequel vous stipulez être contre le don que vous aurez daté, signé, avec votre nom et prénom, et vous le remettrez à une personne de confiance, ou vous pouvez vous inscrire sur le registre des refus sur le site www.registrenationaledesrefus.fr
  • Le refus de don peut concerner que certains organes et tissus.

L'ordre des Médecins s'est prononcée contre cette motion qui écarte les familles de la décision de donner ou non les organes.

Que faire pour être donneur ?

Communiquez à vos proches votre positionnement sur le don d'organes. Et demandez votre carte d'ambassadeur du don d'organe auprès du site France Adot.

Sachez que la carte n'a aucune valeur légale. Elle servira juste à montrer votre choix aux médecins et servira d'appuis à votre famille.

Chaque année, aux alentours du 22 juin, Biomédecine lance des campagnes visuelles : affiches papiers et spots publicitaires pour informer sur le don d'organes et de greffe et nous faire prendre conscience que tout le monde est donneur!

22 617 personnes ont été en attente de recevoir une greffe, seulement 5 891 ont été réalisées en 2016.

Sources de l'article : Agence de la biomedecine et France Adot

transplatation don d'organes actualité santé Santé

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.